Comment rester en sécurité parmi la portée horrible des agressions sexuelles dans l'industrie du mannequinat - portail-photos.fr

Comment rester en sécurité parmi la portée horrible des agressions sexuelles dans l’industrie du mannequinat

Comment rester en sécurité parmi la portée horrible des agressions sexuelles dans l'industrie du mannequinat

Les mannequins et les photographes qui prennent des photos nues ou implicites ont parfaitement le droit de le faire, mais cette industrie regorge de mauvaises personnes avec de mauvaises intentions. Voici quelques conseils pour rester en sécurité. L’industrie de la photographie a beaucoup de prédateurs Les agressions sexuelles, en général, sont une épidémie. Selon le ministère américain de la Justice, une femme est agressée sexuellement aux États-Unis toutes les 68 secondes. Si vous connaissez au moins quatre femmes, il est probable que vous connaissiez quelqu’un qui a fait l’objet d’un viol accompli (14,8 % de toutes les femmes aux États-Unis) ou d’une tentative de viol (2,8 % de toutes les femmes aux États-Unis). Vous pouvez trouver plus de statistiques sur le site Web de RAINN. Et ces chiffres n’incluent même pas les chiffres non déclarés. Selon une étude réalisée par la Model Alliance, une agence basée à New York dédiée à la défense de la sécurité des mannequins, près d’un mannequin sur trois (29,7%) a subi des attouchements inappropriés lors d’un tournage. L’industrie de la photographie, de par sa nature, crée des failles géantes et de la place pour les personnes mal intentionnées. Par exemple, selon une étude publiée sur le site Web du National Institute of Health, lors de la Fashion Week de New York en 2018, moins de la moitié des mannequins ont reçu des espaces privés pour se changer. Certains ont été contraints de changer dans les zones où les photographes prenaient des photos. Il y a beaucoup de photographes qui, une fois qu’ils achètent un appareil photo et le tiennent dans leurs mains, ressentent soudainement ce nouveau sentiment de contrôle où ils peuvent dire à une femme comment poser et quoi porter (ou ne pas porter). Il y a beaucoup de photographes qui, lorsqu’ils voient un modèle habillé de manière attrayante et souriant à l’appareil photo, leur cerveau s’embrouille et ils sentent qu’ils doivent entrer en mode flirt. Tout cela est aggravé par le fait que dans cette industrie, de nombreux modèles, dans le cours normal des affaires, recherchent des photographes pour prendre des photos de bikini, de lingerie ou de nus / nus implicites. Toute la situation crée un environnement où les prédateurs peuvent être associés à des modèles et les modèles se blessent. Par souci de simplicité, tout au long cet article, j’utiliserai des pronoms masculins pour désigner les photographes et des pronoms féminins pour désigner des modèles, même s’il est important de noter que les hommes peuvent être agressés et harcelés lors des tournages et que les femmes peuvent également faire le harcèlement. Le mal n’est pas toujours évident La grande majorité du temps, les dommages causés lors des séances photo ne sont pas des dommages physiques. Il s’agit d’un préjudice psychologique qui n’implique pas d’ecchymoses ou de contacts. Le préjudice psychologique peut tomber dans quelques catégories générales : 1) lorsqu’un modèle se sent obligé de faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire, ou 2) un modèle est démoralisé en étant harcelé. Certains d’entre vous pensent peut-être : « Que voulez-vous dire, on lui a demandé de faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire ? Laisse-moi tranquille! Elle peut juste dire qu’elle ne veut pas ! C’est une adulte !” Selon la Model Alliance, 86,8% des mannequins ont été invités à photographier nus sans accord préalable. Parmi ces modèles, 27,5% ont finalement tourné nus quand ils ne le voulaient pas. Pour tous ceux du camp There’s-No-Harm-In-Asking, lorsque vous demandez à un modèle au milieu d’un tournage de photographier nu, ou même de repousser les limites au-delà de ce avec quoi elle se sent à l’aise et de ce qui a été convenu, vous placez injustement une fourche sur la route devant ce modèle et l’obligez à prendre une décision partagée et à évaluer ce qui suit sur place pendant que vous attendez là-bas avec votre caméra la fixant : 1) Est-ce normal dans l’industrie ? Est-ce que j’en fais une trop grosse affaire ? 2) Est-ce que je vais le rendre fou si je dis non ? Que se passe-t-il s’il est en colère et qu’il a toutes les photos ? 3) J’aimerais retravailler avec lui. Si je dis non, est-ce que je coupe mes chances ? 4) Va-t-il dire à ses amis de ne pas tirer avec moi ? 5) Comment lui expliquer poliment que je suis mannequin, mais que je ne suis pas à l’aise de me changer ou d’être en sous-vêtements ou d’être nue ou partiellement nue devant lui ? 6) Est-ce que ça va tuer l’énergie si je dis non ? 7) Et si seulement je m’en fous, mais j’ai peur que b Parce que nous n’en avons jamais discuté dans aucune de nos planifications, et s’il poussait plus loin alors que je suis déjà à moitié nue ? Approcher un modèle pour le photographier nu ou dans des vêtements révélateurs n’est pas en soi inapproprié si cela est fait à temps et avec respect. C’est injuste et met cette pression sur le modèle pour prendre ces décisions sur place lorsqu’il est relevé lors d’un tournage pour la première fois. S’il y a un moment où le photographe pense que la prise de vue peut impliquer de la nudité ou repousser les limites, cela doit toujours être discuté au préalable afin que le modèle ne soit pas soumis à une pression excessive et ait toujours une option facile pour se retirer de la prise de vue, définissez des limites , ou au moins y penser pendant un moment. Faire empirer les choses Les dommages sont encore aggravés par l’éclairage au gaz qui a lieu même par des amis, des membres de la famille ou toute personne qui pourrait entendre le modèle parler de son expérience. Le gaslighting est une attaque psychologique manipulatrice, intentionnelle ou non, pour faire croire à quelqu’un qu’il est fou. Si un mannequin dit à quelqu’un qu’elle est allée à un tournage et qu’elle s’est sentie obligée de photographier nue et a finalement dit oui, sans aucun doute, elle fera face à de nombreuses attaques au gaz sous la forme de : « Quoi ? Tu aurais dû dire non ! C’est de ta faute, idiot ! ou “Et alors, qui s’en soucie, ce n’est pas si grave.” L’éclairage au gaz isole le modèle et fait d’elle la victime du harcèlement puis aussi une victime de l’isolement et du doute de soi, ce qui conduit à la dépression et à l’anxiété. Tout cela est causé par le caprice d’un photographe de voir quelqu’un nu ou partiellement nu associé à un manque de courtoisie pour traiter correctement le problème bien avant le tournage. Façons de rester en sécurité Si vous n’êtes pas un modèle, vous pourriez ne pas comprendre les choses courantes que les modèles doivent faire pour se protéger, comme partager leur position avec des amis sur leurs téléphones et transmettre les détails de la réservation à des amis afin que les amis sachent qui chercher si quelque chose arrive à le modèle. C’est dégoûtant et déchirant g que ce type d’attitude prédatrice barbare de droit de harceler les femmes se produit toujours dans la même décennie que les gens planifient les étapes pour coloniser Mars. Bien qu’il n’y ait aucun moyen garanti d’éviter d’être blessé, voici quelques signaux d’alarme que les modèles doivent surveiller lorsqu’ils travaillent avec un photographe que vous ne connaissez pas, en particulier lorsqu’on leur demande de photographier du contenu risqué : Les balises sont-elles des liens morts ? Donc, vous regardez l’Instagram d’un photographe et il y a de superbes photos de modèles là-bas, et vous seriez honoré d’avoir des photos comme celle-ci prises de vous. Vous accédez aux publications individuelles et les modèles sont répertoriés et étiquetés. Mais une tactique courante parmi les photographes prédateurs consiste à voler des photos, à marquer des modèles pour rendre les publications plus légitimes, mais à utiliser des balises mortes qui ne vont pas réellement à un compte réel. L’idée est qu’un nombre suffisant de modèles ira juste assez loin pour regarder les publications, mais ne creusera pas plus profondément et n’ira pas sur la page de chaque modèle, car cela prend beaucoup plus de temps. Si un nombre important de liens sont des liens morts pour les modèles, vous pourriez être en danger. Toilettage. Le toilettage est une tactique utilisée par les prédateurs sexuels pour éroder lentement le mur entre deux personnes afin de permettre une relation plus familière où cette relation serait généralement inappropriée. Par exemple, un photographe ne devrait pas avoir une relation sexualisée/coquette avec un modèle qu’il vient de rencontrer pour la première fois (ou probablement jamais, mais je vais en rester là). Les tactiques de toilettage courantes que les photographes utilisent pour éroder ce mur utiliseraient des mots affectueux comme « Hey, Honey » ou « Hey, beautiful ». Cela peut également inclure le langage utilisé pour diriger le modèle en se référant aux parties du corps ou à quel point elle est belle dans certaines tenues ou poses. Offrir un modèle d’alcool avant une séance photo peut également être un comportement de toilettage car ce n’est pas typique des premières interactions entre clients et professionnels et cela ressemble plus à un premier rendez-vous qu’à une interaction professionnelle. au. L’idée du toilettage est de commencer lentement et de voir comment l’autre personne réagit au comportement, puis de fatiguer l’autre personne ou d’augmenter progressivement la fréquence ou l’intensité jusqu’à ce que le mur professionnel disparaisse. Je connais beaucoup de photographes qui proposent du vin ou du champagne avant une prise de vue, selon le type de prise de vue. Je connais beaucoup de photographes, surtout lorsqu’il s’agit d’une femme photographe qui photographie un modèle féminin, qui utilisera un langage plus détendu pour dire à un modèle à quel point elle est sexy. Je ne dis pas que si vous faites ces choses, vous êtes un prédateur sexuel ou même une mauvaise personne. Je dis que ce sont des choses que font certains prédateurs sexuels, et si vous les voyez se produire, vous devriez en prendre note et en être conscient. Le toilettage peut également commencer dans les DM dans la phase de planification, alors faites attention à ces premières communications. Comptes anonymes. Il n’y a pas de nom sur le compte ou le site Web Instagram et aucun moyen de voir qui est réellement le photographe. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un photographe peut vouloir rester anonyme. Cela pourrait être un travail parallèle pour un comptable qui ne veut pas que ses clients voient ses photos nues artistiques. Mais c’est aussi un facteur que les modèles devraient considérer dans le cadre de l’équation entière. De nombreux photographes prédateurs créeront des comptes sans nom, car cela facilite la fermeture du compte et le redémarrage lorsque le premier compte reçoit trop de plaintes. Il est également plus difficile de signaler tout acte répréhensible si vous ne connaissez pas le nom réel du photographe. Si un photographe veut que vous lui fassiez confiance pour photographier principalement nu avec lui seul, il devrait vous faire suffisamment confiance pour vous faire connaître son nom. Ne vous fiez pas au nombre de followers ou à la renommée. Marcus Hyde, un photographe basé à Los Angeles qui avait travaillé avec Kim Kardashian et Ariana Grande, a été exposé en 2019 pour son comportement envers les modèles qu’il a photographiés. Vous ne pouvez pas trouver son compte maintenant parce qu’Instagram l’a supprimé après toutes les plaintes du public à caractère sexuel comme agression et harcèlement sexuel. Il avait plus d’un million de followers et une coche bleue à côté de son nom ! Quelqu’un avec un grand nombre d’abonnés et un profil établi ou une présence en ligne a certainement beaucoup plus à perdre qu’un tout nouveau compte, mais gardez juste à l’esprit qu’il y a des exceptions. Ne vous fiez pas aux témoignages triés sur le volet. Je suis sûr que Jeffrey Dahmer était gentil avec au moins certaines personnes qui auraient eu de belles choses à dire sur lui. S’il y a des témoignages sur la page d’un photographe, ne vous sentez pas autorisé à demander à d’autres personnes. Demandez aux photographes et aux modèles si quelqu’un a entendu parler de cette personne et quelles ont été ses expériences. Demandez si vous pouvez amener un ami ou un compagnon. Il arrive parfois qu’il ne convienne pas d’amener un compagnon à un tournage. Cependant, si un photographe veut photographier une personne nue ou presque nue, et que cette personne veut amener quelqu’un à se sentir en sécurité ou à l’aise, c’est une demande assez raisonnable et standard dans cette industrie. Même si vous n’envisagez pas d’amener quelqu’un, demandez au photographe s’il serait acceptable que vous ameniez quelqu’un pour évaluer la réaction. Demandez également si vous pouvez enregistrer le tout pour BTS pour vos réseaux sociaux. Supposons que vous souhaitiez créer un time-lapse ou une petite bobine de certains moments BTS, vous devez donc tout enregistrer. Si le photographe s’énerve à l’idée, c’est un drapeau rouge. Demandez si le photographe a un plan ou un moodboard. Avoir un concept spécifique est une façon d’établir des limites avant le tournage. Assurez-vous d’établir à l’avance quelles seront les limites, ce que sera (et ne sera pas) la garde-robe, quelles seront les poses. Établir ces éléments tôt force une conversation sur le thème du tournage et permet au modèle de savoir exactement quand le tournage se déroule hors scénario. C’est également un excellent moment pour parler du niveau de confort du modèle s’il est prévisible qu’il pourrait y avoir du contenu NSFW impliqué. Conduire vers des endroits éloignés. Vous photographiez dans un endroit éloigné ? Si oui, conduisez-vous tous les deux ensemble pour économiser de l’essence ? Si les choses deviennent bizarres, avez-vous un moyen de partir seul ? Tournez-vous dans le désert où il n’y a peut-être ni réception ni adresses ? Le covoiturage peut être un moyen efficace de filmer dans des endroits exotiques, mais gardez à l’esprit qu’il peut vous laisser sans moyen d’échapper à une situation inconfortable. Le portfolio du photographe correspond-il au vôtre ? Si vous êtes un blogueur lifestyle et que la page du photographe est principalement composée de femmes à moitié nues en plein twerk, demandez-vous si ce projet produira des photos qui correspondent à vos objectifs de modélisation et à l’esthétique de votre page. De même, si vous faites beaucoup de mannequins nus et que le portfolio du photographe n’est rien d’autre que des photos macro de fleurs, vous devriez également en prendre note. Il n’y a rien de mal à changer de genre, mais demandez des exemples de portraits que ce photographe a pris afin que vous puissiez évaluer si vous voulez être l’expérience d’un photographe de fleurs pour apprendre à photographier des gens. Conseils pour les photographes Voici quelques conseils à retenir pour chaque shooting de modèle afin de garantir que les interactions entre le modèle et le photographe restent professionnelles et que le modèle se sente en sécurité : Supposons que le modèle est juste là pour les photos. Malheureusement, ce n’est pas aussi basique qu’il devrait l’être. Supposons que, peu importe la façon dont le modèle est habillé, la façon dont elle pose ou le type d’expressions faciales qu’elle utilise, elle assiste au tournage uniquement dans le but de prendre des photos et non pour se faire draguer, touché. De plus, supposons que cela arrive probablement beaucoup au modèle, et si vous n’avez jamais travaillé ensemble auparavant, elle a probablement un certain niveau d’appréhension quant à savoir si elle va être harcelée pendant le tournage. Gardez à l’esprit que le modèle peut avoir des antécédents d’agression. Vous ne connaissez pas l’histoire du modèle ou quels types de comportements pourraient déclencher des agressions ou du harcèlement dans le passé. Comme un boudoir p photographe, j’ai eu plusieurs clients qui m’ont révélé que l’une des raisons pour lesquelles ils font un tournage de boudoir est parce qu’ils ont été victimes de viol ou d’agression sexuelle dans le passé et essaient de reprendre le contrôle d’être à l’aise d’exprimer leur sexualité dans un environnement sûr. Cependant, la plupart des modèles ne révéleront pas cette information à quelqu’un qu’ils viennent de rencontrer, donc un photographe cherchant à utiliser une séance photo comme moyen de draguer des modèles pourrait avoir des conséquences horribles. Comme indiqué ci-dessus, une femme sur six au cours de sa vie aura été victime d’un viol ou d’une tentative de viol. Garder tout professionnel à tout moment fait en sorte que tout antécédent de traumatisme ne devienne jamais un problème. Traitez chaque modèle avec le même niveau de respect que vous traiteriez à n’importe qui d’autre qui fait son travail. Même s’il s’agit d’une séance photo commerciale ou que le modèle le fait simplement comme un passe-temps, vous devez toujours traiter le modèle avec le même niveau de courtoisie et de respect que vous traiteriez un caissier de banque ou un caissier. Ne flirte pas. Utilisez un langage approprié. Il existe des moyens professionnels d’établir une relation avec une femme et de lui dire que sa pose est parfaite ou qu’elle doit se tourner légèrement vers la gauche sans flirter ni utiliser un langage inapproprié. Ne dites ou ne faites jamais quelque chose que vous ne feriez pas avec les autres personnes présentes. Imaginez que vous êtes enregistré ou qu’une autre personne soit présente pendant tout le tournage. Ne dites ou ne faites rien que vous seriez gêné de faire découvrir aux autres. Agissez comme si votre réputation était en jeu parce qu’elle l’est. Discussions avant le tournage. Discutez avant le tournage des poses et de la garde-robe. Certaines tenues peuvent être trop révélatrices si elles sont prises sous certains angles ou avec certaines poses. Passez en revue toutes ces choses avant le début du tournage pour vous assurer que tout le monde travaille selon son niveau de confort. La chose la plus importante à retenir Faites confiance à votre instinct. Gardez à l’esprit que vous avez beaucoup à perdre si le tournage tourne mal et que d’autres occasions de tirer se présenteront plus tard. Ne vous mettez pas en danger pour une séance photo. Fixer des limites fermes à votre niveau de confort est plus normal que vous ne le pensez, et il est tout à fait normal de dire non à une idée ou à une suggestion.

Les mannequins et les photographes qui prennent des photos nues ou implicites ont parfaitement le droit de le faire, mais cette industrie regorge de mauvaises personnes avec de mauvaises intentions. Voici quelques conseils pour rester en sécurité.

L’industrie de la photographie a beaucoup de prédateurs

L'industrie de la photographie a beaucoup de prédateurs

Les agressions sexuelles, en général, sont une épidémie. Selon le ministère américain de la Justice, une femme est agressée sexuellement aux États-Unis toutes les 68 secondes. Si vous connaissez au moins quatre femmes, il est probable que vous connaissiez quelqu’un qui a fait l’objet d’un viol accompli (14,8 % de toutes les femmes aux États-Unis) ou d’une tentative de viol (2,8 % de toutes les femmes aux États-Unis). Vous pouvez trouver plus de statistiques sur le site Web de RAINN. Sur le même sujet : Comment savoir si un appareil photo argentique fonctionne. Et ces chiffres n’incluent même pas les chiffres non déclarés. Selon une étude réalisée par la Model Alliance, une agence basée à New York dédiée à la défense de la sécurité des mannequins, près d’un mannequin sur trois (29,7%) a subi des attouchements inappropriés lors d’un tournage.

L’industrie de la photographie, de par sa nature, crée des failles géantes et de la place pour les personnes mal intentionnées. Par exemple, selon une étude publiée sur le site Web du National Institute of Health, lors de la Fashion Week de New York en 2018, moins de la moitié des mannequins ont reçu des espaces privés pour se changer. Certains ont été contraints de changer dans les zones où les photographes prenaient des photos.

Il y a beaucoup de photographes qui, une fois qu’ils achètent un appareil photo et le tiennent dans leurs mains, ressentent soudainement ce nouveau sentiment de contrôle où ils peuvent dire à une femme comment poser et quoi porter (ou ne pas porter). Il y a beaucoup de photographes qui, lorsqu’ils voient un modèle habillé de manière attrayante et souriant à l’appareil photo, leur cerveau s’embrouille et ils sentent qu’ils doivent entrer en mode flirt. Tout cela est aggravé par le fait que dans cette industrie, de nombreux modèles, dans le cours normal des affaires, recherchent des photographes pour prendre des photos de bikini, de lingerie ou de nus / nus implicites. Toute la situation crée un environnement où les prédateurs peuvent être associés à des modèles et les modèles se blessent.

Par souci de simplicité, tout au long de cet article, j’utiliserai des pronoms masculins pour désigner les photographes et des pronoms féminins pour désigner des modèles, même s’il est important de noter que les hommes peuvent être agressés et harcelés lors des tournages et que les femmes peuvent également faire le harcèlement.

Le mal n’est pas toujours évident

Le mal n'est pas toujours évident

La grande majorité du temps, les dommages causés lors des séances photo ne sont pas des dommages physiques. Il s’agit d’un préjudice psychologique qui n’implique pas d’ecchymoses ou d’attouchements. Le préjudice psychologique peut tomber dans quelques catégories générales : 1) lorsqu’un modèle se sent obligé de faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire, ou 2) un modèle est démoralisé en étant harcelé.

Certains d’entre vous pensent peut-être : « Que voulez-vous dire, on lui a demandé de faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire ? Laisse-moi tranquille! Elle peut juste dire qu’elle ne veut pas ! C’est une adulte !” Selon la Model Alliance, 86,8% des mannequins ont été invités à photographier nus sans accord préalable. Parmi ces modèles, 27,5% ont finalement tourné nus quand ils ne le voulaient pas.

Pour tous ceux du camp There’s-No-Harm-In-Asking, lorsque vous demandez à un modèle au milieu d’un tournage de photographier nu, ou même de repousser les limites au-delà de ce avec quoi elle se sent à l’aise et de ce qui a été convenu, vous placez injustement une fourche sur la route devant ce modèle et l’obligez à prendre une décision partagée et à évaluer ce qui suit sur place pendant que vous attendez là-bas avec votre caméra la fixant : 1) Est-ce normal dans l’industrie ? Est-ce que j’en fais une trop grosse affaire ? 2) Est-ce que je vais le rendre fou si je dis non ? Que se passe-t-il s’il est en colère et qu’il a toutes les photos ? 3) J’aimerais retravailler avec lui. Si je dis non, est-ce que je coupe mes chances ? 4) Va-t-il dire à ses amis de ne pas tirer avec moi ? 5) Comment lui expliquer poliment que je suis mannequin, mais que je ne suis pas à l’aise de me changer ou d’être en sous-vêtements ou d’être nue ou partiellement nue devant lui ? 6) Est-ce que ça va tuer l’énergie si je dis non ? 7) Et si seulement je m’en fous, mais je crains que, parce que nous n’en avons jamais discuté dans aucune de nos planifications, et s’il pousse plus loin alors que je suis déjà à moitié nue ?

Approcher un modèle pour le photographier nu ou dans des vêtements révélateurs n’est pas en soi inapproprié si cela est fait à temps et avec respect. C’est injuste et met cette pression sur le modèle pour prendre ces décisions sur place lorsqu’il est relevé lors d’un tournage pour la première fois. S’il y a un moment où le photographe pense que la prise de vue peut impliquer de la nudité ou repousser les limites, cela doit toujours être discuté au préalable afin que le modèle ne soit pas soumis à une pression excessive et ait toujours une option facile pour se retirer de la prise de vue, définissez des limites , ou au moins y penser pendant un moment.

Faire empirer les choses

Les dommages sont encore aggravés par l’éclairage au gaz qui a lieu même par des amis, des membres de la famille ou toute personne qui pourrait entendre le modèle parler de son expérience.

Le gaslighting est une attaque psychologique manipulatrice, intentionnelle ou non, pour faire croire à quelqu’un qu’il est fou. Si un mannequin dit à quelqu’un qu’elle est allée à un tournage et qu’elle s’est sentie obligée de photographier nue et a finalement dit oui, sans aucun doute, elle fera face à de nombreuses attaques au gaz sous la forme de : « Quoi ? Tu aurais dû dire non ! C’est de ta faute, idiot ! ou “Et alors, qui s’en soucie, ce n’est pas si grave.” L’éclairage au gaz isole le modèle et fait d’elle la victime du harcèlement puis aussi une victime de l’isolement et du doute de soi, ce qui conduit à la dépression et à l’anxiété. Tout cela est causé par le caprice d’un photographe de voir quelqu’un nu ou partiellement nu associé à un manque de courtoisie pour traiter correctement le problème bien avant le tournage.

Façons de rester en sécurité

Si vous n’êtes pas un modèle, vous pourriez ne pas comprendre les choses courantes que les modèles doivent faire pour se protéger, comme partager leur position avec des amis sur leurs téléphones et transmettre les détails de la réservation à des amis afin que les amis sachent qui chercher si quelque chose arrive à le modèle. Il est dégoûtant et déchirant que ce type d’attitude prédatrice barbare de droit de harceler les femmes se produise encore dans la même décennie que les gens planifient les étapes pour coloniser Mars.

Bien qu’il n’y ait aucun moyen garanti d’éviter d’être blessé, voici quelques signaux d’alarme que les modèles doivent surveiller lorsqu’ils travaillent avec un photographe que vous ne connaissez pas, en particulier lorsqu’on leur demande de photographier du contenu risqué :

Conseils pour les photographes

Voici quelques conseils à retenir pour chaque shooting de modèle afin de garantir que les interactions entre le modèle et le photographe restent professionnelles et que le modèle se sente en sécurité :

La chose la plus importante à retenir

Faites confiance à votre instinct. Gardez à l’esprit que vous avez beaucoup à perdre si le tournage tourne mal et que d’autres occasions de tirer se présenteront plus tard. Ne vous mettez pas en danger pour une séance photo. Fixer des limites fermes à votre niveau de confort est plus normal que vous ne le pensez, et il est tout à fait normal de dire non à une idée ou à une suggestion.

Jeff Bennion est un photographe portraitiste basé à San Diego, spécialisé dans la photographie de boudoir et de mode. Il possède Ignite Studio, le plus beau studio du monde. Il est également avocat agréé en Californie.

Affaires

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap
<